Aérodynamique

La puissance aérodynamique utilisée lors du  déplacement d’un corps est proportionnelle au cube de sa vitesse: P = a.v^3

Cas d’un objet volant:

Cela veut dire qu’en volant 2 fois moins vite, on nécessite 8 fois moins de puissance (tous les autres paramètres étant constants par souci de simplicité).

En volant 5 fois moins vite, on a besoin de 125 fois moins de puissance, et 10 fois moins vite, 1000 fois moins de puissance…

En considérant les autres paramètres égaux dans ces différents régimes de vitesses, ce qui est une simplification plus qu’osée, et sachant que P=dE/dt, on en déduit qu’en volant 5 fois moins vite on va 125 fois plus loin. Qui va piano va sano, pourvu qu’on ai de la portance…

Un missile à carburant solide a un désavantage conceptuel majeur, c’est qu’on ne peut contrôler la poussée, et donc répartir la puissance en fonction du temps. On ne peut donc jouer sur le rapport vitesse/rayon d’action, lequel est par conséquent une constante pour un type de missile donné.

Une fusée à carburant liquide peut par contre jouer sur ce paramètre, moyennant une complexité, un temps de préparation, une fragilité et un coût supérieurs.

Dans le cas d’un intercepteur le rayon d’action limité doit être compensé par une vitesse très supérieure au projectile à stopper.

Considérations de coût mises à part, pour rendre un intercepteur plus polyvalent on pourrait donc imaginer l’équiper de moteurs à carburant liquide afin de lui permettre d’optimiser sa dépense énergétique pour couvrir une distance supérieure et pouvoir avoir une capacité d’accélération supérieure une fois la cible en vue. Cela pourrait même être détourné pour l’aide à l’accomplissement de manoeuvres d’évitement complexes en phase d’approche (au cas où l’objet à intercepter dispose de défenses actives, comme par exemple un porte-avions).

Cela rendrait un intercepteur plus versatile, puisque sa manoeuvrabilité et son rayon d’action variable permettrait de lui faire couvrir des distances accrues:
Prenons le cas d’un S-400 russe version 40N6 qui peut couvrir 400km à mach 12. divisez la vitesse par 10, ce qui laisse un confortable mach 1.2, vous augmentez potentiellement le rayon d’un facteur 1000; en fait largement moins considérant le temps d’accélération et la dépense énergétique; nous réduirons donc ce facteur à 100: 100×400=40’000km, soit le tour de la terre…

Et après on lit dans les nouvelles que:
http://rt.com/news/russian-rocket-engine-ban-039/

“Russian rocket engine export ban could halt US space program”

“In an interview, the general director of RKK Energia Corporation, Vitaly Lopota, estimated that at the time of the RD-180 first launch in the late 1980s, USSR was “at least” 50 years ahead of America’s liquid fuel rocket engine technology.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s